Le Togo est le champion de l’UEMOA pour la 2e année

Ayant enregistré un taux de bancarisation stricte de 25,1%, le Togo a pu enregistrer une des meilleures performances dans la zone de l’UEMOA en 2019, par rapport aux services postaux, le nombre de citoyens adultes détenant un compte dans les différentes banques dans le pays et les caisses nationales d’épargne. Selon Togo News, le pays qui constitue une locomotive de l’UEMOA dans le domaine, a pu conserver ce statut pour la deuxième année consécutive. Néanmoins, le pays a perdu du terrain avec une baisse de 1.5 pourcent. En effet, le Togo a enregistré 26.6% au niveau de cet indicateur en 2018.

La bancarisation au Togo

Selon les chiffres révélés dans les différents médias africains, la population adulte togolaise qui est titulaire d’un compte dans les banques et les institutions susvisées en 2019 ont dépassé celle de la guinée-Bissau (20.3 %), le Burkina (23.2 %) et le Bénin (24.8 %). D’après ces chiffres, le Niger a enregistré la performance de bancarisation la plus faible de la région avec seulement 6.8 % de la population adulte qui a un compte dans les banques du pays.
Durant la même période, le pays dirigé par Faure Gnassingbé a pu enregistrer le taux de bancarisation élargie le plus élevé de la région de l’UEMOA. Il est important de mentionner que la moyenne du taux de bancarisation dans la région de l’UEMOA est de 39.7 %. Le Togo a pu enregistrer un taux de 78.5 %, et ainsi se positionner devant le Sénégal (52 %), le Burkina (43.4 %), ainsi que le Bénin 72.2 %).
Ces chiffres, qui font référence au pourcentage de personnes qui détiennent des comptes bancaires dans les différentes institutions de microfinance, ont enregistré une augmentation de 1.4 %, entre 2018 et 2019 dans l’espace monétaire.
Toutefois, la Côte d’Ivoire qui a enregistré en 2019, 77.9 % a devancé le Togo et le Bénin. Avec 72,3 %, le Togo occupe la troisième meilleure place de la région en matière d’inclusion financière. Selon ces chiffres, le pays de Gnassingbé devance le Sénégal et le Burkina.

Encore des défis à soulever

Selon le Coordinateur national du MCA Stanislas Baba, le MCC assure que le Togo devrait faire davantage d’effort afin de pouvoir valider les autres indicateurs comme ceux des dépenses de santé, la santé des enfants, l’efficacité gouvernementale, le taux de vaccination et les droits politiques.